Travail, pseudo-folliculite et gène APC

Travail

Tel qu’annoncé la semaine dernière, j’avais rendez-vous le jeudi 22 décembre avec mon médecin de famille. Nous avons convenu que je vais continuer mon horaire de travail du dernier mois (6 heures par jour au lieu de 5.5 heures) pour un autre 3 mois. Ce sera réévalué en mars 2017. En attendant, je profite de 10 journées de congés consécutives et de 2 semaines complètes sans aucun rendez-vous.

Pseudo-folliculite

Après avoir ré-essayé d’utiliser une crème dépilatoire au début du mois de décembre après une pause de 18 mois, j’ai eu à nouveau les cuisses remplies de boutons 2 jours après. Ceci confirme malheureusement le diagnostic de pseudo-folliculite posé par mon médecin de famille il y a 18 mois.

La pseudo-folliculite est une inflammation non infectieuse des follicules pileux causée par des poils qui ont tendance à s’incarner parce qu’ils ont de la difficulté à traverser la peau. Les traitements ? Laisser pousser les poils, utiliser un rasoir électrique (pour raser d’un peu moins près) ou l’épilation au laser (long et cher). Pas évident quand on souffre d’hirsutisme en raison du syndrome des ovaires polykystiques…

Le syndrome des ovaires polykystiques est un ensemble de signes et symptômes causés par un déséquilibre hormonal et se définissant par les critères suivants : ovulations irrégulières ou absentes, signes d’hyperandrogénie (excès d’androgènes) clinique ou biologique et ovaires polykystiques, c’est-à-dire ovaires présentant un nombre plus élevé de follicules à la surface.

L’hyperandrogénie se manifeste notamment par un hirsutisme, c’est-à-dire des poils en excès, plus forts et à des endroits où il n’y en a généralement pas chez la femme. Voici une échelle utilisée pour évaluer l’hirsutisme : https://www.healthsadvisor.com/fr/guest/qs/hirsutisme-score-de-ferriman-et-gallway/.

Le pire, c’est que la pseudo-folliculite pourrait peut-être être liée aux traitements reçus contre le cancer inflammatoire du sein… La chimiothérapie pourrait avoir changé la texture des poils. L’injection sous-cutanée que je reçois pour me mettre en ménopause pourrait également influencer. Comme j’en ai besoin, je suis coincée. Comme les anglophones disent, le cancer est un cadeau qui continue à donner…

Gène APC

Plus tard dans la journée, j’avais également rendez-vous avec un gastro-entérologue. C’est qu’une variante de signification inconnue sur le gène APC a été découverte lors des tests génétiques faits en juin 2016. Suite à ça, ma généticienne me recommande de passer une coloscopie de dépistage même si elle ne pense pas qu’il y ait de problèmes. C’est qu’il n’est pas du tout lié au cancer du sein mais une mutation de ce gène peut favoriser l’apparition de polypes intestinaux qui sont susceptibles de devenir cancéreux. Le gastro-entérologue est du même avis que la généticienne. L’examen devrait avoir lieu en février ou mars 2017. Au moins, j’ai eu une bonne première impression du médecin.

2 Réponses à “Travail, pseudo-folliculite et gène APC”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.