Les surprises de la vie

Ces dernières semaines et dans celles à venir il m’est arrivé ou surviendra plusieurs choses que je ne m’attendais plus à voir arriver depuis le diagnostic de cancer inflammatoire du sein en juillet 2013 :

  1. développer de la presbytie et devoir porter des foyers;
  2. rembourser complètement mon prêt étudiant;
  3. atteindre 3 ans de rémission;
  4. passer une coloscopie ;
  5. changer de dizaine;
  6. avoir de la stabilité au travail.

Bon c’est sur que devenir presbyte n’est pas un événement heureux mais au moins c’est un trouble de la vision normal, courant et connu qui se corrige facilement. Ce qui est loin d’être le cas avec le cancer inflammatoire du sein ou le syndrome des ovaires polykystiques…

Passer une coloscopie n’est pas une expérience plaisante non plus et il est vrai que je suis plus de 10 ans avant l’âge pour le début du dépistage du cancer colorectal en raison d’une variation de signification inconnue du gène APC mais c’est une preuve que je suis en vie et que les médecins s’attendent à ce que je le sois encore un bout de temps car sinon je doute fort qu’ils m’auraient fait passer cet examen.

Aujourd’hui, j’ai eu une autre surprise mais mauvaise cette fois. De 2009 à 2016, je résidais dans une maison de chambres et je m’entendais très bien avec la propriétaire qui habitait également sur les lieux. Cet après-midi, j’ai eu un téléphone pour m’annoncer qu’elle est décédée subitement il y a 3 semaines et demi… Je suis sous le choc. Honnêtement, avec le taux de survie du CIS je m’attendais bien plus à mourir avant elle qu’à lui survivre même si elle était septuagénaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.