Le cancer inflammatoire du sein et la reconstruction mammaire

Reconstruction immédiate ou différée ?

Une reconstruction immédiate n’est pas recommandée en cas de cancer inflammatoire du sein (CIS) et ce pour plusieurs raisons:

  • le taux de récidive est élevé et il est important de pouvoir surveiller la région du sein;
  • la reconstruction peut faire en sorte qu’il soit plus difficile de déceler une récidive;
  • le risque de complication (ex. infection ou problème de cicatrisation) est plus élevé avec une mastectomie suivie d’une reconstruction immédiate qu’avec seulement une mastectomie. Puisque le CIS se développe en couches, comme de la barbe à papa, et non en une masse solide, il est plus difficile d’être certain d’avoir tout enlevé lors de la mastectomie. La radiothérapie est donc une composante très importante du traitement et vise à éliminer les petites cellules qui pourraient être restées. Une complication peut retarder la radiothérapie et permettre aux possibles cellules cancéreuses restantes de recommencer à se développer…
  • avec les traitements requis, le résultat final est meilleur lorsque la reconstruction est différée:
    • le taux d’échec est plus élevé pour une reconstruction par implant qui a lieu avant la radiothérapie;
    • il y a fréquemment un rétrécissement ou une nécrose adipeuse si une reconstruction autologue est faite avant la radiothérapie;
  • la présence d’un monticule mammaire reconstruit requiert souvent des énergies plus élevées pour obtenir la même dose de radiothérapie. Ceci peut accroître les doses reçues par les organes sains autour, incluant le coeur et les poumons, et ce n’est pas souhaitable.
  • Certains types d’interventions chirurgicales pour la reconstruction n’enlèvent que peu ou pas de peau. Or, en cas de CIS il faut en enlever le plus de peau possible puisqu’elle est atteinte.

Quand reconstruire ?

Il fut un temps où la reconstruction, même différée, était totalement découragée. Maintenant, ils disent 2 ans après la fin de la radiothérapie. Pourquoi 2 ans? Parce que cela représente la période où le risque de récidive rapide est le plus élevé.

Avec quelle méthode?

3 facteurs influencent toujours le choix de la méthode en cas de CIS puisqu’ils sont liés aux traitements requis:

  • l’étendue de la mastectomie et la quantité de tissu retirée du sein;
  • les autres traitements reçu, dont la radiothérapie car elle peut engendrer des changements cutanés;
  • la santé du tissu dans la région à reconstruire;

Au risque de me répéter, la seule chirurgie conseillée en cas de CIS est la mastectomie radicale modifiée. Cela signifie enlever le sein au complet, le maximum de peau possible (incluant l’aréole et le mamelon) de même que les ganglions situés à l’aisselle du côté atteint. La radiothérapie est obligatoire et provoque des changements cutanés puisque la peau de la région irradiée devient moins souple.

L’étendue de la mastectomie, la quantité de peau enlevée et le manque de souplesse de la peau dû à la radiothérapie rendent difficile l’utilisation d’un implant mammaire comme méthode unique lors de la reconstruction en cas de CIS. Il faut donc se tourner, au moins en partie, vers les méthodes autologues. Il faut regarder les facteurs plus personnels pour déterminer celle qui convient le mieux à votre situation.

Références :

2 Réponses à “Le cancer inflammatoire du sein et la reconstruction mammaire”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*