La campagne « Parlons stade 4 »

Saviez-vous qu’il existe une Journée nationale du cancer du sein métastatique au Canada ? C’est pourtant le cas depuis 2014 même s’il en est très peu question. Cette journée de sensibilisation est le 13 octobre tout comme aux États-Unis et au Royaume-Uni. Elle est « consacrée à la reconnaissance des aspects complexes liés à la propagation du cancer du sein et des conséquences que peut avoir la maladie sur le pronostic et la qualité de vie des patients ». Ce n’est donc pas un hasard si la campagne « Parlons stade 4 » a été lancée le 13 octobre 2016…

Une campagne sur le cancer du sein métastatique

La campagne « Parlons stade 4 » vise à faire « passer le mot au sujet de la dure réalité à laquelle sont confrontées les femmes qui reçoivent un diagnostic de cancer du sein métastatique (stade 4) ». Il s’agissait d’une première campagne pancanadienne bilingue, français et anglais, née de l’union de Rethink Breast Cancer (site en anglais), du Réseau canadien du cancer du sein, de la Fondation du cancer du sein du Québec et de Médicaments novateurs Canada.

La campagne a été lancée avec la diffusion de deux vidéos, l’une en français et l’autre en anglais. Voici celle en français :

Et maintenant celle en anglais :

Sur les réseaux sociaux, le message suivant, ou son équivalent en anglais, accompagnait l’une ou l’autre des vidéos :

Il est temps que vous en sachiez davantage sur le cancer du sein de stade 4.

Visitez http://bit.ly/2e0acra #parlonsstade4

La campagne invitait le grand public à écouter l’histoire de plusieurs femmes atteintes d’un cancer du sein de stade 4 et de quelques professionnelles oeuvrant auprès de ces femmes. Pour lire leurs histoires : http://parlonsstade4.ca. Note: elles sont toutes disponibles dans les 2 langues. À voir ou à revoir…

Le cancer inflammatoire du sein métastatique

Au Canada, on estime que 1 femme meurt du cancer du sein de stade 4 toutes les 2 heures.

Puisque le cancer inflammatoire du sein représente 10 % de tous les décès du cancer du sein, ça veut donc dire qu’une femme en meurt à toutes les 20 heures. C’est donc dire une moyenne de plus d’une par jour…

Références

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*