Le cancer du sein héréditaire

La vaste majorité des cancers du sein ne sont pas héréditaires. Seulement 5 à 10 % sont attribuables à une mutation génétique. Ce n’est pas parce qu’il y a plusieurs cas de cancer dans une famille qu’il y a automatiquement une mutation génétique. De plus, il y a des mutations génétiques qui n’influencent pas le risque de développer un cancer. Comme m’a expliqué ma généticienne, ce serait alors comme les mots qui peuvent s’écrire de 2 façons (ex. clé ou clef).

Quand dépister pour un cancer du sein héréditaire?

La pertinence de la recherche d’une mutation génétique est évaluée en fonction de critères basés sur la personne qui pourrait passer le test mais aussi sur sa famille, que ce soit du côté maternel ou paternel. Voici ceux utilisés au CHUM :

1. Plus d’un membre de votre famille a été atteint de cancer du sein avant l’âge de 50 ans.
2. Plusieurs membres de votre famille ont été atteints de cancer du sein ou de l’ovaire.
3. Un homme de votre famille a reçu un diagnostic de cancer de la poitrine.
4. Une femme de votre famille a reçu des diagnostics de cancer du sein et de cancer de l’ovaire.
5. Une femme de votre famille a reçu un diagnostic de cancer du sein bilatéral (dans les deux seins).
6. Vous êtes de descendance juive ashkénaze.
7. Vous êtes de descendance canadienne-française et une des situations mentionnées ci-dessus s’applique à vous.
Centre hospitalier de l’Université de Montréal

La décision de passer le test ou non ne doit pas être prise la légère. Une évaluation avec un généticien est requise avant le test. De plus, les compagnies d’assurance et les employeurs peuvent avoir accès aux résultats au Canada. Le test en lui même est un simple prélèvement sanguin dont l’analyse prend plusieurs mois. Les résultats sont remis lors d’un rendez-vous de suivi.

Les mutations génétiques, risques et transmission

Les mutations génétiques ne sont pas réparties également à travers le monde. Certaines mutations seront plus présentes dans une population donnée alors que d’autres seront presque absentes. Pour une autre population, la situation sera inversée ou différente.

Dans tous les cas, il est important que comprendre que ce n’est pas parce qu’une personne est porteuse d’une mutation la prédisposant à un cancer qu’elle développera automatiquement ce cancer.

Tant l’homme que la femme peuvent être porteurs d’une mutation et la transmettre à leurs enfants. Si l’un des parents est porteur d’une mutation, l’enfant a 50 % des chances d’hériter de la mutation.

Le cancer inflammatoire du sein

Nous ne connaissons pas de mutations génétiques prédisposant spécifiquement au cancer inflammatoire du sein (CIS).

Références

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*